Emmanuel Macron souhaite indemniser les familles sans solution de garde.

30 000 places en crèches supplémentaires avait promis le chef de l’Etat durant son quinquennat, l’objectif ne sera pas atteint.

Le système d’accueil du jeune enfant français « ne répond plus aux besoins qui lui sont adressés » a déclaré le président Emmanuel Macron lors du Congrès national de la Fédération des acteurs de la solidarités, le 6 janvier 2022.

« Près de 20 % des parents n’obtiennent pas de mode d’accueil, plus de 160 000 ne trouvent pas de travail faute de solution de garde pour leur enfant, on estime à 200 000 le nombre de places manquantes », a déploré le chef de l’Etat.

Indemnisation, faute de place

Emmanuel Macron souhaite « mettre en place un véritable droit à la garde d’enfants, qui devrait se traduire par un mode d’accueil individuel ou collectif accessible pour tous les parents ». En cas d’absence de solution, les parents recevront une indemnisation. Il faudrait, selon lui, commencer par désigner un « chef de file », responsable de la politique d’accueil du jeune enfant.

Pour répondre à un besoin qu’il estime à 200 000 places supplémentaires, le Président a fait part de son souhait de « concevoir un nouveau système, plus clair ».

Rejoins-nous sur notre groupe privé Facebook

Formation prépa AP

Les derniers articles

30 000 places en crèches supplémentaires avait promis le chef de l’Etat durant son quinquennat, l’objectif ne sera pas atteint.

Le système d’accueil du jeune enfant français « ne répond plus aux besoins qui lui sont adressés » a déclaré le président Emmanuel Macron lors du Congrès national de la Fédération des acteurs de la solidarités, le 6 janvier 2022.

« Près de 20 % des parents n’obtiennent pas de mode d’accueil, plus de 160 000 ne trouvent pas de travail faute de solution de garde pour leur enfant, on estime à 200 000 le nombre de places manquantes », a déploré le chef de l’Etat.

Indemnisation, faute de place

Emmanuel Macron souhaite « mettre en place un véritable droit à la garde d’enfants, qui devrait se traduire par un mode d’accueil individuel ou collectif accessible pour tous les parents ». En cas d’absence de solution, les parents recevront une indemnisation. Il faudrait, selon lui, commencer par désigner un « chef de file », responsable de la politique d’accueil du jeune enfant.

Pour répondre à un besoin qu’il estime à 200 000 places supplémentaires, le Président a fait part de son souhait de « concevoir un nouveau système, plus clair ».

Rejoins-nous sur notre groupe privé Facebook

Formation prépa AP

Les derniers articles

Articles similaires

Menu
logo_AP

Soyez prévenue dès la publication d'un article !

Restez informé de l’actualité des auxiliaires de puériculture grâce à la newsletter

Merci pour votre inscription !