LA MATERNITÉ DANS DIFFÉRENTES CULTURES DU MONDE

La naissance est un événement essentiel dans la vie des femmes à travers le monde. Pourtant, la maternité différent d’une culture à l’autre.

La maternité dans différentes cultures

La maternité est un phénomène biologique qui n’affecte que les femmes. Cependant, de nos jours, les anthropologues étudient la maternité en tant que construction culturelle constituant un phénomène biologique général et universel. 

Le Dr Ángeles Sánchez Anthropologue déclare que la maternité ne se reproduit pas uniquement avec le corps. En fait, chaque culture a une construction socioculturelle. C’est donc un événement psychosocial.

Le soutien des femmes au Kenya et en Tanzanie

Dans les tribus du sud du Kenya et du nord de la Tanzanie, les femmes bénéficient d’un soutien social considérable. Dans les groupes tribaux Maasai et Swahili, les femmes se rassemblent autour des nouvelles mères au cours de leurs premiers jours de maternité.

Dès l’accouchement, les nouvelles mamans sont entourées de femmes. Ensuite, les hommes disparaissent pendant les premières semaines de la maternité. Dans la tribu swahili, le couple dort dans des pièces séparées pendant 40 jours après l’accouchement.

Dans la tribu des Massaïs, toutes les femmes du village assistent aux naissances. Ensuite, les hommes attendent chez la grand-mère maternelle. Au cours des deux prochains mois, le reste des femmes Maasaïes aide les nouvelles mères en s’acquittant de leurs tâches et de leurs responsabilités.

Les traditions et coutumes en Chine et au Japon

En Chine, au cours du premier mois suivant l’accouchement, la mère et le bébé doivent rester à l’hôpital ou à la maison pour protéger la santé du nouveau-né.

Une autre tradition est centrée sur l’hygiène de la mère, qui doit attendre après la période postnatale pour se baigner. En ce qui concerne les aliments, pendant la grossesse, les femmes doivent éviter les aliments chauds, comme les œufs, et manger des aliments froids, comme les fruits.

Au Japon, les hommes jouent un rôle quelque peu étrange pendant la grossesse. Ils n’assistent pas aux rendez-vous chez le médecin ni aux cours de grossesse. Même dans certains hôpitaux japonais, les hommes ne sont pas autorisés à entrer pendant l’accouchement.

Après le premier mois, le peuple japonais célèbre une tradition très importante: les Miyamairi. Il consiste à emmener le bébé dans un temple shinto pour la première fois et à organiser une cérémonie pour célébrer la naissance du bébé.

La maternité tardive de l’Ouest

Les femmes dans l’Europe occidentale d’aujourd’hui sont très différentes de celles d’il y a quelques décennies. La maternité en particulier a changé.

Maintenant que la maternité n’est plus liée au mariage, les femmes qui veulent être mères essaient d’abord d’être stables sur les plans professionnel et financier. Cela conduit inévitablement les femmes à avoir des bébés à un âge plus avancé.

Dans ce contexte, il est fréquent que les familles aient très peu d’enfants. Les objectifs des familles ont changé. Ils souhaitent avoir moins d’enfant, mais plutôt leur donner une vie de qualité.

Quel est le meilleur pays pour être maman?

En 2015, l’ONG pour les enfants a publié le 16e rapport annuel sur la situation des mères dans le monde . Il analyse les inégalités de santé entre les grandes villes du monde. En outre, il évalue le bien-être des mères et des enfants dans 179 pays.

Les résultats de ce rapport montrent que la Norvège est le meilleur pays pour être mère,  suivie par la Finlande et l’Islande. En dernière position du classement on retrouve la Somalie.

Les chercheurs basent ce rapport sur plusieurs facteurs, la santé des mères, ainsi que le risque de décès des mères pendant la grossesse ou l’accouchement. En Norvège, 1 femme sur 12 160 meurt de causes maternelles, tandis qu’en Somalie, 1 femme sur 30 meurt.

“Nous devons faire plus pour que toutes les mères et tous les bébés aient une chance de survie et une vie heureuse et en bonne santé, peu importe où ils vivent.–Carolyn Miles–

Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *